Derniers sujets
» acteurs locaux
par Joséphine Mer 14 Déc - 20:06

» elec
par Michaël Jeu 11 Aoû - 17:13

» Outils
par Michaël Sam 25 Juin - 20:51

» Traitements
par Michaël Jeu 2 Juin - 16:19

» bêbêtes
par Michaël Dim 5 Juil - 14:00

» container
par Joséphine Jeu 18 Juin - 21:36

» site d'aide
par Joséphine Mer 17 Juin - 21:11

» des belles réalisations ... juste pour rêver (et sites constructions associés)
par Joséphine Jeu 4 Juin - 21:03

» tipi
par Joséphine Jeu 4 Juin - 21:02

» oiseaux
par Joséphine Sam 30 Mai - 20:46

» tiny houses
par Joséphine Sam 30 Mai - 12:46

» plantes sauvages et autres
par Joséphine Lun 18 Mai - 20:35

» haie
par Michaël Dim 3 Mai - 19:02

» lave linge à pédales
par Joséphine Ven 24 Avr - 10:11

» VIDEO (debut 40min) : conference petit jardin permaculture en Alsace
par Joséphine Mer 22 Avr - 13:17


techniques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Soubassement

Message  Joséphine le Mar 13 Aoû - 11:00

avatar
Joséphine
Admin

Messages : 225
Date d'inscription : 08/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: techniques

Message  Joséphine le Mar 13 Aoû - 11:07

avatar
Joséphine
Admin

Messages : 225
Date d'inscription : 08/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

techniques

Message  Michaël le Mar 13 Aoû - 12:00

avatar
Michaël
Admin

Messages : 390
Date d'inscription : 05/08/2013

http://amapoule.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: techniques

Message  Michaël le Sam 17 Aoû - 0:45

avatar
Michaël
Admin

Messages : 390
Date d'inscription : 05/08/2013

http://amapoule.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: techniques

Message  Michaël le Jeu 5 Sep - 17:50

http://www.tamaisontonjardin.net/article.php3?id_article=8

http://www.tiez-breiz.org/

Les sols sur terre plein en rénovation
mardi 6 septembre 2005.

L’article suivant est extrait de la revue de l’association Tiez Breiz, n°13, parue en 1994, sous la plume de Hervé Even.

Il explique et démontre, de façon précise, comment la conception "moderne" de la dalle n’est ni justifiée, ni judicieuse, pour ce qui est du bâti ancien. Pour simplifier, nous retiendrons qu’une telle dalle est trop épaisse, coûteuse, et qu’elle peut entraîner un surcroît d’humidité dans le pied des murs.

Utile précision : aucun DTU ne précise que l’ensemble du complexe décrit ici est indispensable à la bonne tenue de la construction, à celle des sols ou encore au bien-être des propriétaires...

Notons toutefois que l’analyse du sol, et l’analyse globale de la maison n’aboutissent pas aux mêmes conclusions :

* si on ne considère que la terre cuite, il serait préférable de mettre un plastique, * si on considère l’ensemble de la construction, il est préférable de ne pas mettre de plastique.

Cet article ne se veut pas une règle générale applicable à toute construction ancienne. Il s’agit d’une base de réflexion pour l’adaptation des habitudes de construction contemporaine à l’habitat ancien (les DTU étant généralement applicables à celle-ci ; concernant l’habitat ancien, s’il n’est fait usage que de matériaux traditionnels, ils sont régis par les us et coutumes).

Tout d’abord, analysons une maison contemporaine sur terre plein, c’est le cas le plus proche de la plupart des constructions anciennes.

Maison contemporaine

Maison contemporaine
Maison ancienne

Maison ancienne
Maison ancienne
Nous remarquons :

1.le système de coupure de capillarité se poursuit sous l’épaisseur du mur, ce qui est exceptionnel sur le bâti ancien ; 2.le sol intérieur est plus haut que le sol extérieur ; alors que, dans nos vieilles demeures, c’est souvent l’inverse ; 3.les fondations démarrent à environ 60 cm du sol extérieur, afin qu’elles soient hors gel ; elles sont souvent au niveau du sol, dans le bâti ancien.

La solution retenue pour le dallage est souvent la suivante :


Quelle est la fonction de chacun des éléments ?

1.Le hérisson (25 à 30 cm), s’il est correctement effectué, c’est-à-dire uniquement avec des matériaux de même granulométrie constitués de gros éléments, empêche la remontée d’eau par capillarité. Il doit être efficacement compacté.

2.La couche de sable (2 à 3 cm) évite la perforation du film de polyane, durant les travaux [note 1].

3. Le film de polyane empêche les remontées d’humidité (double emploi avec le hérisson).

4.L’isolant périphérique (1 m de large) évite le pont thermique sur le pourtour du bâtiment. Au centre, il n’y a pas ou peu de déperdition, tout au plus il y a accumulation de chaleur (inertie).

5.La dalle de béton, avec treillis. Elle répartit les charges d’exploitation. Sur le sol qui n’est pas forcément homogène, car peu ou mal compacté notamment en présence d’isolant sur la périphérie.

6.La couche de sable (1 cm) évite la fissuration du carrelage, en le désolidarisant de la dalle si celle-ci venait à travailler. Elle pourra être portée à 3 cm pour noyer les câbles électriques et canalisations.

7.La chape maigre. Elle sera d’autant plus épaisse que le carreau est irrégulier (grès étiré, terres cuites, pierres naturelles).

8.Le carrelage sert de surface d’usure, en apportant un aspect esthétique. On arrive ici à une "hauteur" de 38 cm en moyenne.

Transposons dans le bâti ancien :

Dans le cas d’humidité, il convient de résoudre en priorité ce problème.

Nous avons vu que le hérisson n’est efficace que s’il est bien réalisé, c’est-à-dire sans éléments fins, d’une épaisseur suffisante, sans sable en couverture et très correctement compacté, ou réalisé avec un matériau incompressible (ex : gros galets roulés). Si toutes ces conditions sont réunies, et dans la mesure où cela ne nous amène pas à déchausser les fondations, on peut le conserver.

Par contre :

* En mettant un polyane en place, on va concentrer l’humidité sur la périphérie, vers les murs. Ces murs n’étant pas isolés par une coupure de capillarité, l’humidité sera alors plus forte en ce point déjà souvent critique.

* En l’éliminant, nous éliminons également la couche de sable de 2 à 3 cm, destinée à le protéger des perforations

*Les murs étant d’une largeur souvent supérieure à 65 cm, et le sol intérieur plus bas que l’extérieur, il n’existe pas ou peu de pont thermique, rendant donc discutable l’isolant périphérique.

*La dalle de béton est destinée à répartir les charges sur l’isolant, ou les parties mal compactées. Les décennies d’usage ont généralement compacté les sols en terre battue, leur permettant de reprendre correctement les surcharges d’exploitation qui seront d’ailleurs souvent plus faibles que dans les utilisation précédentes. Cette dalle n’a donc plus raison d’être. *la couche de sable de désolidarisation n’a plus raison d’être, elle non plus.

1 - drain éventuel (voir page sur le drainage)

2 - joint souple périphérique

3 - gravier pour rattraper les dénivelés

4 - chape maigre

5 - carreaux

croquis n°3
croquis n°3
En résumé, il suffira souvent, et notamment si la pièce ne présente pas de problèmes d’humidité :

1. d’égaliser le sol à l’aide d’un gravier de granulométrie concentrée 20/25, permettant éventuellement de noyer les divers réseaux (eau, électricité...) [note 2]

2.de réaliser le carrelage sur une chape de mortier maigre [note 3], voire sur terre comme cela a souvent été fait pour les carreaux de terre cuite, en désolidarisant le tour des murs par un matériau compressible.

Ceci nous permettra de conserver certains des avantages de la terre battue, et surtout évitera de creuser plus bas que le dessous de la fondation, mettant en cause la stabilité de l’édifice. Notons de surcroît que si des terrassements sont exécutés, ils ont pour but d’assécher l’édifice, et, par conséquence, de diminuer le taux d’humidité du sol sous la fondation, modifiant par là même sa cohésion, et entraînant au minimum un tassement. Si toutefois on tient à terrasser en dessous de la fondation, une reprise en sous-oeuvre, très onéreuse, est indispensable.

Notes :

[1] : si le hérisson fonctionne bien, le sable va se dessécher et s’infiltrer entre les pierres :

- l’humidité pourra à nouveau monter par capillarité, - il y aura création d’un vide sous la dalle...

[2] : ce gravillon peut être remplacé par certains matériaux isolants peu sensibles à l’eau (ex : billes de verre argile expansé, dont il faut toutefois vérifier la tenue dans le temps en présence d’humidité, dans le cas où leur surface extérieure n’est pas suffisamment fermée) et ayant une bonne résistance mécanique à la compression.

[3] : préférer un carreau permettant à l’eau de migrer (ex : terre cuite), et une chape maigre (5 à 7 brouettes au sac) constituée d’un sable ayant peu de fines ; en effet, le liant sert juste à assurer la cohésion du sable, qui est lui-même incompressible. Cette chape maigre évitera également certaines fissurations sur le carreau lui-même.
avatar
Michaël
Admin

Messages : 390
Date d'inscription : 05/08/2013

http://amapoule.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: techniques

Message  Michaël le Dim 31 Aoû - 15:08

http://www.tiez-breiz.org/dosages.php


Tiez Breiz Tiez Breiz Maisons et Paysages de Bretagne AccueilPrésentation>Actualité

>L'actualité Tiez Breiz 2014201320122011201020092008>Notre maison de Lannédern L'avancement du chantier...Souscrivez pour le chantier !>Evénements autour du bâti ancien 20132012201120102009>Actualité élargie 2012>Calendrier des stages

Tarifs des stages>Défense du patrimoine

Galerie détails architecturauxSorties lecture du patrimoineLes démolitions... une fatalité ?Esprit d'une restaurationNotre bibliothèque en ligneUn seul conseil !>Deux réalisations primées Chaumière Lanvaudan>Technique

>Stages techniques ... pour les particuliersAccueil d'un stageListe et descriptifsCalendrier des stagesTarifsPhotos... pour les professionnelsService conseil à domicile>Fiches techniques Guide pratique de la restaurationEnduits chanvre et chauxCréation d'une ouvertureL'isolation du bâti ancienPose de terre cuiteEntretien terre cuiteLes murs de pierreLes dosagesLes enduits à la chauxLes dallesLes drainsLes murs bouffantsFaçade arrière enterréeChangement d'une poutreLes trous de boulinsLes fours à painStage d'enduit à la terreGlossaire>Forum de discussions Aide pour le forum>Nos publications

Nos publicationsSommaire des revuesLes sablesLa chaux dans les enduitsLes maisons de BretagneNotre bibliothèque en ligne>Nos chantiers

Notre maison de LannedernAriège 1999Ariège 2004Ariège 2005Ariège 2014Adhérez !Petites annoncesLiensNous contacterIn English !...Dosages de chaux
Le principe est de combler le volume du vide entre les grains de sable, par :

•un volume complémentaire de fines,
•le volume du liant.
En effet, le dosage dépend essentiellement de la teneur en fines du sable : un bon sable doit avoir un « équivalent sable » de l'ordre de 75 %, c'est le pourcentage de sable propre par rapport aux fines. Les sables que l'on trouve couramment dans le commerce sont des sables lavés, ayant un équivalent sable supérieur à 90 %. Le rééquilibrage se fait donc :

•soit avec des fines : c'est la meilleure solution :
◦autorise l'usage de sables locaux non lavés, lesquels apportent la couleur « locale » à l'enduit, aux joints,
◦le mortier acquerra des qualités d'hydraulicité,
◦économique.
Mais... un surdosage en fines entraîne un mortier à prise plus lente, sensible à la pluie et au gel sur une période plus longue, une diminution de sa résistance mécanique, et des retraits (faïençage).

•soit avec le liant seul (surdosage) :
◦le risque de faïençage est réel,
◦élasticité moindre,
◦perméabilité réduite,
◦la couleur sera trop blanche,
◦peu économique.
Le dosage dépend aussi du foisonnement : le sable n'occupe pas le même volume lorsqu'il est sec que lorsqu'il est humide : plus le sable est humide, plus il foisonne et plus il faut en rajouter, pour un même volume de liant.

Les paramètres sont donc nombreux, lorsque l'on désire mettre en oeuvre un mortier de qualité : les dosages indiqués ci-dessous sont ainsi donnés à titre indicatif.

Le fait que la densité du ciment soit voisine de 1 a entraîné les professionnels à parler de kg/m³, ce qui est contraire à la règle de correspondance des unités de mesure : il est en effet plus logique de parler de proportions de volume à volume. Pour la chaux aérienne, la densité varie de 0,4 à 0,8, voire davantage, selon ses qualités : plus elle est légère, mieux elle convient pour des travaux fins : finition d'enduits, badigeons.

Les dosages sont donc toujours donnés en rapports de volume.

à noter qu'une brouette remplie à ras contient 60 l.

Se reporter à :

•la description de la plaquette sur les sables,
•l'article sur les chaux, dans le glossaire,
•à notre page sur les stages, si vous habitez dans la région...!
•à cette page rédigée par un adhérent.

--------------------------------------------------------------------------------

Enduits
Au XIXème siècle, les enduits étaient mono-couche. Les enduits en 2 voire 3 couches datent du XXème, avec l'apparition des matériaux préfabriqués aux surfaces lisses, qui imposaient, et notamment pour les enduits durs à base de chaux hydraulique, la présence d'une surface d'accrochage.

Un enduit sur mur de pierres, appliqué dans les règles de l'art, est composé de 3 couches :

1.le giclage, ou gobetis, ou mouchetis. Le support doit être mouillé la veille. Il constitue la couche d'accrochage du corps d'enduit.
Son dosage est de 1 volume de chaux pour 2,5 à 4 volumes de sable.
Le délai d'attente est long, car la prise doit être complète : pas moins de 3 semaines, le local doit être aéré.
2.le corps d'enduit, ou dégrossis. Le support doit être mouillé la veille.
Le mortier est dosé, pour 1 volume de chaux, de 3 à 4 volumes de sable.
Le délai d'attente est celui qui permet au dégrossis d'être sec, et de couleur homogène.
3.la couche de finition. Le support doit être mouillé la veille.
Son dosage est de 1 volume de chaux pour 4 à 7 volumes de sable.
Les finitions peuvent être variées :
◦talochée, afin de respecter les ondulations du mur,
◦ou graissées : lorsque l'enduit a commencé son durcissement, on le resserre à la truelle, puis on passe une fine pellicule de pâte de chaux avec le dos de la truelle, à la manière d'un plâtrier passant son enduit. Cette pâte peut être colorée dans le ton du mortier utilisé.
Mais... en aucun cas, la finition ne doit être grattée : en effet, cette opération détruit la fine pellicule de calcaire qui protège l'enduit.

La dureté va donc du plus dur à l'intérieur, au plus tendre à l'extérieur ; dans le cas de mur en terre, les proportions sont inversées : le plus tendre à l'intérieur, le plus dur à l'extérieur.

Voir également notre page sur les enduits à la chaux.


--------------------------------------------------------------------------------

Joints
1 volume de chaux pour 4 volumes d'un mélange :

•1/3 de terre argileuse du pays,
•2/3 de sable.
Le volume de chaux peut lui-même être constitué de :

•dans le cas de façades exposées :
◦2/3 de chaux aérienne,
◦1/3 de chaux hydraulique naturelle;
•dans le cas de façades peu exposées, de chaux aérienne seule.

--------------------------------------------------------------------------------

Maçonnerie
La dureté du mortier est inversement proportionnelle à... la qualité de l'appareillage ! Ne perdons pas de vue que nos maisons étaient maçonnées à l'argile...

Le dosage peut ainsi aller de 1 volume de chaux pour 4 à 7 volumes de sable.

Se reporter à notre page sur les murs.


--------------------------------------------------------------------------------

Béton de support de pose de carrelage
Il s'agit de la forme de béton destinée à recevoir la chape et les carreaux, si toutefois sa présence est nécessaire.

1 volume de chaux hydraulique naturelle pour 3 volumes d'un mélange :

•1 volume de sable 0/5,
•1 volume de gravier 5/10,
•1 volume de gravier 10/20.
Se reporter également à notre page sur les sols intérieurs.


--------------------------------------------------------------------------------

Badigeons
1 volume de chaux aérienne très pure, pour 2 volumes d'eau.
avatar
Michaël
Admin

Messages : 390
Date d'inscription : 05/08/2013

http://amapoule.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: techniques

Message  Joséphine le Mer 3 Sep - 22:07

avatar
Joséphine
Admin

Messages : 225
Date d'inscription : 08/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: techniques

Message  Joséphine le Ven 12 Sep - 21:40

avatar
Joséphine
Admin

Messages : 225
Date d'inscription : 08/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: techniques

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum